Découvrez

LA SARDAIGNE

La Sardaigne
ÎLE MAGIQUE

  LA SARDAIGNE, ÎLE MYSTÉRIEUSE : MYTHIQUE ATLANTIDE ?

Deuxième plus grande île de la Méditerranée, la Sardaigne a une histoire très ancienne et magique, alimentée par son archéologie singulière et sa position stratégique pour les anciens navigateurs qui occupaient le bassin de la Méditerranée.

Parmi ceux-ci, les Grecs anciens, avaient donné à la Sardaigne six différents noms, preuve de la considération dont l’île jouissait auprès d’eux, attention qui est à la base de l’une des théories qui veut identifier la Sardaigne comme Atlantide, terre mythique évoquée par Platon dans deux de ses Dialogues, le Timée puis le Critias. Le principal supporteur de cette théorie est un journaliste sarde, Sergio Frau. Il suppose que les colonnes d’Hercule mentionnées par Platon doivent être placées dans le canal de Sicile (qui est souvent sujet à des courants puissants, comme décrit par Platon) : les personnes qui ont construit les nuraghi coïncideraient alors avec le peuple mystérieux de Shardana ou de Šerden (d’ici l’origine du nom actuel, Sardaigne), mentionnés parmi les «peuples de la mer» qui ont essayé d’envahir le royaume d’Egypte et dont l’existence est témoignée par la récente découverte des statues des « géants de Monti’e Prama », sur le territoire de la commune de Cabras, considérés comme des guerriers choisis par les pharaons comme gardiens personnels.

 SA NATURE, SES PAYSAGES

Plus de 80% du territoire sarde est montagneux et vallonné : certains plateaux rocheux sont appelés Giare ou Tacchi. Les côtes sont hautes au nord-est , basses et sablonneuses au sud et à l’ouest : il y a ici des étangs côtiers, importants d’un point de vue écologique. Le patrimoine spéléologique sarde comprend plus de 1500 grottes, dont la plupart sont situées dans la région de Supramonte.

La Sardaigne se caractérise par une végétation de type méditerranéen et par une diversité riche en couleurs et en espèces d’arbustes. Plantes persistantes et résistantes à la sécheresse ; chênes verts et chênes-lièges ornent ses bois, formations touffues d’arbusier, genévrier, olivier, kystes, myrte, genêt, romarin, euphorbia, bordent ses plages et son arrière pays.

Parmi les mammifères qui peuplent ses bois, les plus communs sont l’âne blanc, le petit cheval de la Giara, le cerf sarde, le sanglier, la belette. Parmi la faune marine, le phoque moine est une espèce très menacée d’extinction. Il y a également de nombreux parcs nationaux et réserves naturelles sur l’île,

 LES SARDES

Les Sardes sont un peuple très ancien et, peut-être grâce à leur insularité, ils ont une identité solide. Ce n’est pas un hasard si la langue sarde est reconnue comme une minorité linguistique italienne, pour sa particularité d’avoir gardé intacts certains sons du latin. Malgré la conformation géographique de l’île, grâce à la présence de vastes zones intactes qui permettent d’élever des animaux dans un état semi sauvage, les Sardes ont toujours été principalement consacrées à l’élevage et l’agriculture (l’île a une population très faible par rapport à sa surface, les zones urbaines sont petites et rares).

Une alimentation saine est presque exclusivement locale et le vin de Cannonau, sont le principal sujet d’étude des experts qui tentent d’identifier le facteur qui permet à l’île de se vanter d’un nombre élevé de centenaires (une famille de Perdasdefogu, en Ogliastra, détient le Guinness World Record pour la longévité).

Parmi les personnalités sardes les plus célèbres figurent Grazia Deledda, écrivaine italienne et première femme à recevoir le prix Nobel de littérature en 1926, et Antonio Gramsci, homme politique, philosophe, un des fondateurs du Parti communiste italien en 1921.

De nombreux autres hommes politiques d’importance nationale, comme Enrico Berlinguer, secrétaire du Parti communiste italien dans les années 1970 et Giuseppe Cossiga, président de la République, sont nés et ont vécu en Sardaigne.

 SES TRADITIONS

La Sardaigne est également connue pour son vaste patrimoine de traditions, jalousement transmises depuis des siècles et caractérisées par des rituels archaïques.

L’une des plus célèbres est certainement le Carnaval. Chaque année, à l’occasion de cette fête, il y a dans plusieurs pays, différents événements avec des masques qui proviennent des rites dionysiaques et se réfèrent aussi à la tradition agro-pastorale ; les Mamutones ou les Merdules, sont parmi les plus celèbres. Le carnaval de la ville de Mamoiada, par exemple, avec les Mamutones, organise des représentations réelles qui ont à coeur le cycle de vie et la mort.

Même les vêtements traditionnels comme ceux d’Orgosolo, ont une histoire millénaire et sont portés à l’occasion de fêtes populaires, comme la fête de Sant’Efisio le 1er mai à Cagliari ou celle du Rédempteur à Nuoro au mois d’août.

La production textile sarde a derrière elle une histoire ancienne qui remonte à l’époque romaine ; les tissus représentent des scènes de la vie quotidienne, mais sont imprégnés d’un certain caractère sacré. Maria Lai, artiste d’Ogliastra de renommée internationale, a repris cette tradition pour créer des chefs-d’œuvre d’art contemporain que l’on peut admirer dans son pays d’origine, Ulassai, et dans le musée qu’elle a créé, La Stazione dell’Arte.

  LA GASTRONOMIE

Tout comme son territoire, la cuisine et les cultures de la Sardaigne ont une histoire séculaire. Il suffit de penser que le cépage typique de l’île, le Cannonau, dont on tire un bon vin rouge, est considérée comme l’une des plus ancienne du bassin méditerranéen. Avec des caractéristiques similaires au Grenache français ou à la Garnacha espagnole, on pensait jusqu’à il y a quelque année qu’il s’agissait d’un dérivé de cette dernière, hypothèse démentie par la découverte, dans différentes régions de l’île, de certains restes de pépins de raisin remontant à il y a 3200 ans . L’autre cépage typique de la Sardaigne est le Vermentino, à partir duquel on produit du vin blanc.

Contrairement à sa conformation géographique, qui ferait penser à une cuisine basée avant tout sur le poisson, en réalité les plats les plus appréciés de l’île proviennent plutôt de la tradition pastorale et agricole. Le cochon de lait (connu sous le nom de Porceddu) ou l’agneau de lait (dont on obtient un plat typique de l’Ogliastra, Sa trattalia), sont des viandes particulièrement savoureuses et leur goût marqué est l’effet de l’enlevage à l’état mi- sauvage, grâce à la présence de nombreux espaces verts.

Chaque région a sa propre typicité ; parmi les plus célèbres, les culurgiònes (“agnolotti” de pâtes de semoule farcies de pommes de terre, menthe, ail et fromage pecorino), sa fregula, produit en “roulant” la semoule dans un grand bol de faïence et rôti au four, servi principalement avec une sauce à base de fruits de mer, la seada ou sebada, douce à la semoule, fromage, miel (ou sucre) et bien d’autres délices à découvrir !

Sardaigne en liberté, avec son équipe mixte formée par des Sardes et des Français, passionnés par la nature et les traditions, vous accompagne à la rencontre de cette île mythique, magique et chaleureuse, dans ses terres et sa mer turquoise, à la découverte de ses traditions millénaires, de sa langue unique et de ses paysages.

Notre impératif : respecter et préserver l’environnement sarde, en soutenant les acteurs locaux qui s’engagent à respecter une production traditionnelle et authentique. Une démarche éthique et durable et un grand amour pour l’archéologie et l’histoire de ce lieu aux mille histoires !

Suivez- nous sur